Didgeridoo et Etat de Conscience Modifiée

didgeridoo_533

Est-ce que lorsque vous jouez du Didgeridoo vous avez déjà expérimenté des états de conscience modifiée ?

Par exemple si je joue un morceau méditatif pendant 15 mn je ressens exactement les mêmes effets que si je fais une séance de méditation de 15 mn. Mon corps est complètement détendu et j’ai l’impression que mon cerveau se dilate dans ma boîte crânienne, les deux hémisphères étant en symbiose, on peut dire « sur la même longueur d’ondes ».

Si je joue un rythme tribal, je pars dans un monde parallèle que je qualifierai « Shamanique », qui m’emmène très loin de la réalité. J’adore.

Je ne trouve pas ça bizarre parce que je pense que dans certaines formes de jeu au Didgeridoo nous modifions le rythme de nos ondes cérébrales, ceci expliquant cela.

Je ne ressens rien de semblable en jouant des rythmes dits « Occidentaux », où je reste ancrée dans la réalité quotidienne.

Ralentissement des ondes cérébrales avec le méditatif et transe quasi hypnotique avec le tribal, qu’elles sont vos expériences ; et les rythmes modernes vous font-ils aussi quelque chose de spécial ?

Le Didgeridoo, instrument rythmique mais aussi mystique ?

:slight_smile:

10 J'aimes

bonsoir Elisabeth,

un sujet intéressant, (état de conscience modifiée) le lâcher prise a cette fameuse conscience qui lit nos vies respectives et nous empêche d’être tout simplement.

la méditation est un état dans lequel je donne de l’espace entre chaque pensée, le but est de me désidentifier a elles afin que je ne fonctionne plus en automatique.

pour ce qui est du didgeridoo, si je reste ancré dans ma conscience je ne fais qu’émettre des vibrations issues d’elle.

par contre il peut arriver comme tu le dis qu’au bout d’un certain temps j’ouvre la porte a l’inconnu et il se produit a ce moment précis un état vibratoire modifié d’ou cette légèreté ambiante.

pour ma part je ressent l’énergie monter par les jambes et c’est pour moi un indicateur d’état modifié.

le didgeridoo est plus qu’un morceau de bois creux d’ou nous pouvons émettre des rythmes, il est pour moi l’intermédiaire qui me permet d’exprimer mon ressenti du moment et de faire sortir la bonne ou mauvaise vibration.

4 J'aimes

Bonsoir !

En effet, sujet intéressant. Il m’est arrivé il y a pas longtemps de me plonger dans ce monde alternatif en jouant dans un endroit très particulier. Sur une sorte de petit ponton en métal grillagé avec de l’eau en dessous, en concentrant mon regarde sur l’eau à travers les grilles, mon cerveau n’arrive pas à faire la mise au point et ça me déconnecte de la réalité si je joue un rythme répétitif. L’effet sur l’humeur est super pour ma part.

Se laisser porter uniquement par son souffle sans y penser, cela ressemble à se laisser diriger par l’inconscient et lâcher prise sur notre vie et ce qui fait de nous des humains, je me sens tellement vivant et ancré dans l’instant présent dans ces moments là…

Pour répondre concernant la musique actuelle…

Voilà ce que j’en pense, Ce style musical (la psytrance) joue dessus et ne s’en cache pas vraiment au travers des divers morceaux qui sont parfois des méditations guidées déguisées qui fournissent un exercice de respiration ou autre mélodie qui joue avec les différences de basses.

Il y a deux trois ans de ça j’ai fait aussi pas mal de test sur moi même avec les battements binauraux et je me suis rendu compte que j’y étais sensible. Je suppose que le bourdon du didgeridoo provoque ce léger décalage de fréquence et que ça pourrait s’y assimiler.

Donc oui, je soutiens la possibilité d’atteindre des états de conscience modifiée avec cet instrument magnifique (ou cet outil vu que c’est nous l’instrument) :slight_smile:

5 J'aimes

Merci pour vos réponses @GERALD et @Nikos, c’est intéressant d’avoir vos expériences personnelles.

C’est vrai GERALD que dans la méditation le but est de se concentrer sur sa respiration et pas sur nos pensées incessantes qui nous empêchent de profiter du moment présent et de la joie de vivre qui devrait aller avec. On a un cerveau beaucoup trop actif à nous envoyer de multiples pensées qui ne servent pas à grand chose, à part provoquer de l’inquiétude. Du coup le Didgeridoo méditatif permet de faire la même chose que la méditation je trouve, on se concentre sur son souffle et sur le son, et notre conscient est pris au piège, il n’a plus rien à penser… :slight_smile:

Dans ton endroit particulier Nikos tu as réussi aussi à piéger ton conscient qui n’arrivait plus à faire ce qu’il faisait habituellement, et dans ce moment de flottement ton inconscient en a profité pour tenir la barre à sa place et t’emmener ailleurs avec l’aide de rythmes répétitifs. Apparemment il a eu raison c’était un beau voyage à te lire. :slight_smile: Je pense qu’il y a longtemps l’être humain laissait plus de place à l’inconscient, dans toutes les tribus il y avait des Chamanes et les gens savaient que le monde, la nature, les animaux, les phénomènes naturels ne pouvaient être appréhendés qu’avec la seule raison et l’inconscient était une part importante de leurs vies. Aujourd’hui c’est plutôt avoir 300 paires de chaussures de marque et/ou des voitures de luxe qui semble être l’expression de nos besoins inconscients d’être reconnus dans la Tribu. Heureusement les choses changent petit à petit… Bon j’arrête je pars un peu en « live »… :laughing:

5 J'aimes

bonsoir Elisabeth,

je voudrais te raconter ce qu’il m’est arrivé il y a 30 ans au sortir d’un CD sur l’ Amazonie, ce n’était pas de la musique a proprement parlé, mais tous les bruits et les conversations qui se passaient dans ce village, les chants etc… quand le CD s’est arrêté je me suis retrouvé dans un calme profond ou n’existait plus que l’inspire et l’expire, ce qui a suivi est très important pour ceux qui ne l’on jamais expérimenté, je n’étais plus mes pensées , je les voyais mais a distance , j’ai compris bien plus tard que je ne m’identifiais plus a elles.

donc quand tu parles de l’inconscient pour moi cela signifie que tu marches en mode automatique, car depuis cette expérience je n’ai jamais donné plus d’importance a mes pensées je sais maintenant qu’elles appartiennent a un langage et qu’il ne faut pas tomber dans le piège de l’identification.

la méditation a pour but , non pas de ne plus penser mais de décrocher a tout ces mots qui envahissent notre quotidien et a ne les prendre que pour ce qu’ils sont

4 J'aimes

bonjour, (suite au message précédent )

L UNIVERS est en vibration, nous faisons parti de cette vibration, mais comme nous jouons un rôle nous avons changé de fréquence vibratoire et nous ne sommes plus accordés a l’ UNIVERS.

le DIDGERIDOO est un instrument qui nous permet d’exprimer par la vibration que nous émettons les sensations qui nous animent.

n’avez vous jamais constaté qu’il peut se produire dans notre jeu, un ajustement a la fréquence originelle d’ou c’est fourmillements qui surviennent, et qui seuls peuvent nous indiquer comme un instrument de mesure, que nous sommes en accords.

le DIDGERIDOO est plus qu’un instrument , il est un moyen de pouvoir s’accorder a l’UNIVERS en prenant conscience de notre propre état vibratoire afin de s’ajuster et de vibrer dans l’UNITE.

conclusion en mode langage, pour pouvoir lâcher prise il nous faut nous désidentifier a la pensée afin que notre rôle disparaisse pour laisser place a l’UNITE.

je pense que les ABORIGENES avaient compris cette nécessité et que le seul moyen qu’ils avaient trouvé sur place était ces arbres termités qui leurs permettaient de s’ajuster a cette fréquence Universelle

3 J'aimes

Meric @GERALD pour tes réponses, c’est passionnant.

A tous ces mots (maux) qui envahissent notre quotidien et notre tête. Tu as parfaitement raison, nos pensées sont des prisons dans lesquelles on tourne en rond dans une toute petite cellule parce qu’on croit que c’est comme ça qu’il faut se comporter et se vivre soi-même. Je suis complètement d’accord avec toi mais je n’arrive pas assez à me détacher de mes pensées qui tournent en rond, je suis contente pour toi que tu puisses les considérer comme n’étant pas ce qui est réellement toi. Je le comprends mais dans le quotidien je trouve que c’est difficile, en tout cas pour moi. Ca doit demander toute une remise en perspective de chaque instant, avant que ça devienne une habitude. Chapeau que tu arrives à le faire.

Le Didgeridoo est sûrement le moyen de se « re-lier » à la fréquence vibratoire dont tu parles et en te lisant je comprends mieux pourquoi je « pars » ailleurs avec le méditatif ou le tribal.
En ce qui concerne le jeu des Aborigènes, je sentais confusément qu’il se passait quelque chose d’important, mais sans pouvoir l’expliquer rationnellement. J’ai essayé d’imiter leurs sons, leurs rythmes, mais outre le fait que techniquement c’est difficile, je n’étais pas dans l’Esprit qu’il fallait, tout en le ressentant en les écoutant, impossible de trouver la Voie.

Le partage de nos pensées sur le sujet est très intéressant, il faut que j’appréhende différemment ce jeu traditionnel, ne pas chercher obligatoirement leur technique mais plutôt essayer de découvrir une voie qui serait la mienne à travers de l’écoute de leurs morceaux.

Merci @GERALD. :slight_smile:

3 J'aimes

Je pense que la clé, c’est de se laisser porter. Comme en méditation, renoncer à faire un exercice, cesser de se confirmer à un « modèle », mais laisser ce qui doit venir venir, s’exprimer, et passer.

En tout cas, c’est bien en laissant mon son se dérouler sans le contraindre que j’arrive à un état méditatif. L’aspect technique, les techniques, ça se peaufine à côté, via des exercices. Quand ils s’inscrivent dans le répertoire apprivoisé, ils s’inscrivent d’eux-même dans le jeu méditatif.

En tout cas c’est comme ça que moi je le vis.

Naturellement, aussi, mon rythme évolue en fonction de mouvements qui me viennent, mais que je ne cherche pas non plus à contraindre.

Le didgeridoo est d’origine aborigène. Les aborigènes sont aborigènes, ont une culture et un fonctionnement (moins maintenant) d’aborigènes.

Nous avons notre culture et notre façon d’être. Il n’est guère étonnant que notre vibration résonne différemment, même si il n’est pas non plus impossible que les sons aborigènes puissent s’inscrire dans notre jeu.

2 J'aimes

Bonjour Elisabeht,
Sujet intéressant, selon moi le ressenti va propre à chacun selon les pratiques de l’instrument (entrainement, composition, lâcher prise …).
J’associe la « modification de conscience » a un état vraiment altéré type drogue, et çà je ne l’ai jamais vécu. Par contre, j’ai perçu d’autres sensations.
Je pense que comme toute activité humaine qui canalise le mental (sport, ménage…), cela fait déjà profondément du bien à l’être ! Bien concentré, cela le libère de la charge mentale.
Côté corps, le didg peut être énergivore. Moi cela me fait du bien de dépenser mon énergie ainsi. Aussi, sur les techniques punchy cela va stimuler les vicaires sur la respiration. Et le plus important pour moi justement c’est sur le souffle. L’hyperventilation fait son effet dans la durée ! J’ai remarqué cela les premières fois ou je jouais 2h d’affilée que j’étais complètement euphorique pendant 30min avant d’être bien ko ! Une forme de transe légère en quelque sorte dû au souffle et au rythme sans doute.
Voilà pour mon expérience.

4 J'aimes

Je pense que comme toute activité humaine qui canalise le mental (sport, ménage…), cela fait déjà profondément du bien à l’être ! Bien concentré, cela le libère de la charge mentale.

C’est ce qu’on appelle le flow. Et c’est juste génial quand on rentre dedans.

1 J'aime

bonsoir,

je ne connaissais pas le flow, nous utilisons de plus en plus de mots anglais et je pense que nous perdons du moins pour certains la significations de ce qu’ils veulent dire.

je ne sais pas si vous aviez écouté une émission du 20 heures il y a déjà pas mal d’années, ou il commentait une expérience japonaise.

deux écrans d’ordinateur avec sur le premier un singe et sur le deuxième une jeune de 16 ans.
Sur chaque écran dix chiffres pêles mêles, visionnés pendant quelques secondes, et l’on demande au singe et au jeune de les remettre comme ils les ont vu.

le singe fait un sans faute, pour le jeune les cinq premier son bon puis il hésite et la l’erreur est fatale donc pour conclure, le singe etait totalement présent et n’a fait que reconstitué ce qu’il a vu pour ce qui est du jeune il a été soumis a ses propres pensées qui l’ont induit dans l’erreur.

dans n’importe quelle activité de nos vies nous ne sommes que très rarement présent ce qui explique les erreurs produites et les souffrances que nous endurons.

et pour finir ce qui est important comme le dit Elisabeth, ce n’est pas de reproduire mais de trouver sa voie

1 J'aime

Merci de ta réponse @Adrien_B, je vois que tu en as une expérience différente et c’est bien de connaître ce ressenti différent. :slight_smile: C’est vrai que ça tient beaucoup au style de jeu que l’on pratique aussi.

J’aimerai vraiment découvrir le secret du ménage qui canalise et libère le mental et fait profondément du bien à l’être. Dis-le moi, dis-le moi ! Le seul point positif du ménage pour moi c’est d’enrichir mon vocabulaire de mots grossiers tellement je hais cette punition obligatoire. :laughing:

Je devrais peut-être chasser la poussière et les poils de chien en soufflant avec le Didgeridoo… :smile:

Je te charrie, en tout cas merci. :slight_smile:

3 J'aimes

Haha

@Elisabeth_Blanc Pour le ménage, il suffit de se concentrer sur ce qui doit être fait plutôt que la charge que ça représente. Perso, je fais passer ça assez facilement avec de la musique qui me plait, je fais ça en rythme en dansant et ça se fait tout seul sans voir le temps passer ^^

2 J'aimes

Merci Nikos, une idée à creuser. :slight_smile:

1 J'aime

Merci @Jaime pour l’illustration du sujet. :grinning:

2 J'aimes

I suppose it’s just breathe and let the one behind the mind take care of the rest.:grinning::pray:

3 J'aimes

Excellente vidéo :slight_smile: Merci Simon

2 J'aimes

Bonjour, je viens de voir ce sujet et il me touche profondément car je pense que ma première rencontre avec le didgeridoo m’a aussitôt transportée dans un état modifié de conscience sans même que je réalise quoique ce soit. Il m’a touché l’âme et c’est depuis comme une recherche pour accueillir de nouveau cette sensation. Sans chercher avec la tête mais avec le cœur. Merci pour cette réflexion, et gratitude à l’univers pour l’existence de cet instrument qui est pour moi comme un trait d’union entre l’intérieur et l’extérieur.

5 J'aimes