Ephémère ou archivé?

Dans nos sociétés occidentales dites « modernes », nous avons tendances à tout vouloir conserver de peur de manquer ou pour ne rien perdre de nos créations ou pour pleins de raisons obscures qui nous dépassent de toutes façons!
Dans les sociétés traditionnelles dites « premières » voire « primitives », c’est le contraire, on vit le moment présent et le passé donne juste l’expérience intérieure nécessaire pour peut-être faire mieux demain.

Le plaisir est grand, de jouer du didgéridoo ou de la musique en général sur n’importe quel instrument, en improvisant, jour après jour, sans laisser aucune trace, de s’enrichir de ce plaisir quotidien, pas de problème de micro, d’enregistreur , d’amplis, etc.
Aucune trace sonore des joueurs de didgéridoo aborigènes des siècles passés, pas plus que des musiciens occidentaux d’avant l’enregistrement sonore. Pour ces derniers il reste des partitions, c’est vrai!

Et en même temps c’est très intéressant de pouvoir rechercher sur la toile tout ce qui existe dans tous les domaines, mais parfois c’est un peu envahissant, vous ne trouvez pas?

Alors tout mettre en boite ou improviser et garder en soi cette impression éphémère?
Un peu des deux peut-être?
Quel est votre ressenti à ce sujet?

Bonne journée à tous!

4 J'aimes

Je dirai improviser une impression éphémère et garder en tête qu’on a la possibilité de la mettre en boîte si on en ressent l’envie :upside_down_face:

2 J'aimes

C’est un beau sujet très intéressant joel. C’est difficile de se prononcer.

La philosophie de la VIE voudrait que comme tous les êtres vivants de cette planète seul le PRESENT est vivant et dois être vécu en conscience. Le passé servant à nous construire et à guider nos comportements au moment présent.

Le passé a disparu, le présent est là et le futur n’existe pas. C’est la philosophie du VIVANT, « éphémère » comme tu dis.

C’est un vrai questionnement. :thinking:

D’un autre côté, notre volonté de vouloir que le passé subsiste (photos, vidéos, audio…) nous permet de nous rassurer, je pense, sur ce que nous avons été ou avons fait, en tant qu’être humain perdu et solitaire face à l’univers. Cela nous permet d’échanger, de partager et de communiquer avec des autres que nous ne connaitrions pas sans cela et ces autres peuvent communiquer et témoigner avec nous de ce qu’ils sont ou ont été.

La conscience du temps de toute façon est un cadeau empoisonné. Savoir ne rend pas forcément heureux, se souvenir et anticiper l’avenir non plus.

J’admire ceux qui sont encore capables aujourd’hui de vivre réellement dans le seul présent, eux et leur famille.

Ce choix et cette capacité m’impressionne beaucoup. Je n’en serais pas capable, ça me ferait trop flipper.

:slightly_frowning_face:

3 J'aimes

Très joli sujet philosophique.
Merci à toi @joel.housset.
J’ai lu une première fois ton post ainsi que les deux réponses.
Puis j’ai pris une journée pour réfléchir à ça.
En ce qui me concerne, ça dépend on de quoi on parle surtout et des intentions qui sont derrières.

Je conserve mes enregistrements de didgeridoo, pour les partager principalement.
Non pas dans un rapport à mon propre égo, mais bel et bien pour les partager voir même les donner. Un peu comme si je rencontrais , le membre d’une autre tribu et que je souhaitais lui laisser quelque chose.

Je conserve également les photos que je prend de mon fils, comme l’on fait mes parents avant moi. Non pas dans un soucis de matérialisme maladif de « posséder à tout pris » mais pour transmettre mon histoire, et sa jeune histoire à mon fils.
J’espère que cela lui servira de guide et que ces photos, l’aiderons à savoir d’où il vient et qui il est.

C’est de la transmission pour l’aider à mieux se construire.

Tout ne peux être (et ne doit être), à mon sens, encore une fois très personnel, conserver.
Par exemple, une après midi en famille au coin du feu… Le seul souvenir qu’il faut garder de ce moment ce sont les sentiments développés.

C’est sur notre histoire (notamment musical, si on parle de didgeridoo) que nous nous construisons, la boite est en ce sens utile.
Mais il faut également à lâcher prise et juste vivre l’instant présent.

Pour moi les deux peuvent coexister. Tout dépend pourquoi on le fait. L’ego étant pour moi, une TRÈS mauvaise raison.

3 J'aimes

bonsoir Joel,

jouer du didgeridoo pour le plaisir en ne sachant pas ce qui va sortir a pour conséquence de laisser place a l’inconnu.

malheureusement pour nous on nous a appris a vivre dans le connu et nous savons ce qu’il en est.

si nous savons comprendre l’importance de dévier d’une trajectoire commune pour s’enrichir de l’inconnu nous faisons l’expérience enrichissante du bonheur de l’être.

pour finir je dirai que l’expérience des autres nous donne un savoir que nous pouvons intégrer a notre jeu afin d’enrichir la vibration du didgeridoo

4 J'aimes

Au fond, vivre, n’est-ce pas faire des choses vouées à évoluer ou disparaître ?

La vie est impermanence, à mon sens.

4 J'aimes

Tout à fait d’accord simon. :slight_smile:

Le vie est comme un cours d’eau.

2 J'aimes

« Seul l’éphémère dure » disait Ionesco

1 J'aime

J’aime beaucoup cette phrase, elle résume tout!

1 J'aime